Miguel Angel Sevilla

Photo Esthel LucasPoète, auteur dramatique, docteur en philosophie, metteur en scène et interprète.
Co-directeur de la Compagnie Ă  force de rĂŞver.

Membre de la SACD (Société des Auteurs Contemporains Dramatiques) et des EAT (Ecrivains Associés du Théâtre).

 

 

On est en 1945 Miguel Angel Sevilla naît à Tucuman en Argentine.

On est en 1954 Miguel Angel Sevilla a neuf ans, il écrit sa première pièce en vers El Loco y su amigo el colo, Le fou et son double. A 12 ans il quitte l’école pour travailler. Tour à tour marchand de journaux, manoeuvre maçon, peintre en bâtiment, ouvrier en usine, veilleur de nuit ; ces expériences marquent son oeuvre.

On est en 1964 Miguel rejoint un groupe d’aide humanitaire au Nord de l’Argentine, au Chaco (La ForĂŞt en langue indienne). LĂ  il fait la rencontre d’intellectuels europĂ©ens. StimulĂ© par le climat intellectuel de cette Ă©poque, il reprend ses Ă©tudes et s’inscrit Ă  l’universitĂ© de Buenos Aires. En philosophie.

On est en 1967 Maria Rosa Oliver, écrivain argentine de la célèbre revue Sur, amie de Pablo Neruda, le reconnaît comme poète et l’encourage ainsi à poursuivre dans cette voie.
On est en 1969 La dictature militaire de l’époque le pousse à partir. Après l’Italie et la Suisse, où il travaille en usine, il rejoint la France où il s’inscrit à l’Université de Besançon. En philosophie.

On est en 1974 Avec le retour de la démocratie, il rentre en Argentine. Son séjour sera bref.
Dès 75 la terreur a commencé. Des amis disparaissent. Miguel Angel Sevilla décide de retourner en France. L’exil sera l’un des thèmes de son œuvre. Et son écriture un acte de résistance.

On est en décembre 1975 Le poète s’installe définitivement en France. Il demandera la nationalité française en 1992.

On est en 1976 Avec une maĂ®trise de philosophie en poche, il s’inscrit sous la direction de Paul RicĹ“ur en D.E.A. dans la spĂ©cialitĂ© Philosophie du langage et ThĂ©ories du rĂ©cit Ă  Paris X Nanterre. C’est avec le mĂŞme directeur de recherche qu’il soutiendra cinq ans plus tard sa thèse Benedetto Croce et l’EpistĂ©mologie de l’Histoire en France.
A la même période il entre au Centre Pompidou comme veilleur de nuit d’abord puis comme chargé d’accueil. Il y restera 35 ans.

On est en 1978 La Galerie Charley Chevalier publie son premier recueil de poèmes, Canto Primero et son premier texte en français, De l’expatriĂ©. Un an plus tard, le sculpteur danois Ib Braase expose dans la mĂŞme galerie et Ă  Copenhague des oeuvres sur lesquelles il a gravĂ© des poèmes de l’auteur.

On est en 1981 Miguel propose à la comédienne Nathalie Pozzo de lire ses poèmes dans différents lieux. Leur collaboration artistique est née. Leur complicité aussi. Nathalie Pozzo deviendra Nathalie Sevilla deux ans plus tard.

De 82 à 89 Miguel publie plusieurs recueils de poésie avec des plasticiens comme François Bouillon, La Forme de mon ange, le sculpteur Gérard Koch, Nous n’habitons pas vraiment, Rosita Dewez Sancho, Fragments et tableaux…

On est en 1989 Nathalie et Miguel créent officiellement la Compagnie Nathalie Sevilla qui deviendra en 2011 la Compagnie à force de rêver, en référence à un slam de Miguel.
Douze pièces sont crĂ©Ă©es : L’Absente - Les Enfants Terribles – La TraversĂ©e ou l’Archange n’est plus lĂ  – Alice Droz – ClĂ©o, la substitution – Emma, Rosa, Ada – Donne-moi du feu – Les Fosses aux Loups (Fauces) – Khadija vient Ă  Paris – La Jeune Fille et la Nouba – Le Château d’oĂą l’on ne revient – Tangos, Slams et Coplas. Pour l’une d’entre elles, ClĂ©o, la substitution, Miguel obtient la bourse « Beaumarchais ».
Ses textes sont portés par des comédiens comme John Arnold, Bernadette Lafont, Sylvie Chenus, Philippe Fretun, Bernard Meulien, William Mesguich, Zobeïda Jawa, Andrée Tainsy…

On est en 2002 L’auteur obtient une bourse du CRL (Centre rĂ©gional du livre) et de la DRAC Languedoc-Roussillon. Il est pris pour une rĂ©sidence d’Ă©criture Ă  Lasalle, dans le Gard et Ă  La Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon ; il y Ă©crit Les Fosses aux loups (Fauces).

On est en 2005 VĂ©ronique Widock, directrice du théâtre du Hublot, lui commande deux pièces courtes, La Femme gaspillĂ©e et L’Amicale des locataires, qu’elle crĂ©e dans son théâtre. Puis Simon Pitaqaj met en espace sa pièce ShĂ®rĂ®ne endormie dans le cadre d’un Ă©vĂ©nement Culturel Albanais, Ă  l’Ile Saint Denis et Yves Chevallier met en espace la pièce Les Photographes au Château de la Roche- Guyon. Parallèlement Miguel participe rĂ©gulièrement aux Rencontres Ă  la Cartoucherie. Dans ce cadre il Ă©crit Les InvitĂ©s manquants, mise en espace par Julia Zimina, La Nouvelle DulcinĂ©e, mise en scène par Marie Steen, Papillons Ecarlates, mise en scène par Olivier Hamel.

On est en 2010 Miguel est en résidence d’écriture à Morsang-sur-Orge où il écrit Femmes de Morsang et à l’Usine Utopik dans la Manche où il écrit L’Eau, l’Autre et la Guerre.
Miguel Angel Sevilla crée Tangos, Slams et Coplas. Il est accompagné sur scène par une jeune guitariste, Lucie Delahaye (en alternance avec Christelle Séry). Les représentations ont lieu sur des scènes comme le Local, le Grand Parquet, la Bellevilloise, le Centre Barbara, et aussi dans des librairies et des bars.

Publications

Théâtre

La guerre… titre provisoire. Editions de l’Amandier, 2013.
Pierre Pierre le dragon
.
Editions de l’Amandier, 2012.
Tangos, slams et coplas
. Editions de l’Amandier, 2010.
Khadija vient à Paris. Dessins de Dana Radulescu. Editions de l’Amandier, 2007.
Les Fosses aux Loups (Fauces). Editions de l’Amandier, 2004. Réédition, 2011.
Alice Droz, suivie de Cléo, la substitution et de Emma, Rosa, Ada. Préface de Daniel Mesguich. Editions de l’Amandier, 2001.
L’Absente. Dessins Rosita Dewez Sancho. Editions Galerie Charles Chevalier, 1988.

Poésie

L’eau, l’autre et la guerre. L’Usine Utopik, 2010.
Gamine des rues
. L’Harmattan, 1999.
R. Fragments et tableaux. Les jardins de Bazouges, 1999.
Nous n’habitons pas vraiment… Avec Gérard Koch, Galerie Suzanne Tarasiève, 1991.
Le nain des figuiers. Dessins Rosita Dewez Sancho, Galerie-Ă©ditions Otalia, 1990.
La forme de mon ange. Dessins François Bouillon. La Criée-Ministère de la Culture, FRAC Rennes, 1987.
Le passé qui l’entoure. Dessins Rosita Dewez Sancho. Galerie Charley Chevalier, 1986.
Le Rêve d’Ariane (Rien, que toi). Dessins Gérard Zlotyskamien. Institut d’Orphée, 1986.
De l’expatrié. Dessins Rosita Dewez Sancho. Galerie Charley Chevallier, 1979.
Canto Primero. Dessins Manuel Cano del Castro. Galerie Charley Chevallier, 1978.

 

Poèmes et articles dans les revues Artère, Esprit, Les Cahiers Bleus, Plages, 25 (Bruxelles), North-Information (Copenhague), Piedra del Molino (Espagne).